Texte de Mme Nicole Kunz, exposition: « Vibration végétale » 2014, galerie: La Ferme de la Chapelle.

Simples surfaces en apparence où s’enchevêtrent des éléments en suspension, les peintures de Xavier Cardinaux révèlent lentement au regard des profondeurs hypnotiques, proches de paysages célestes ou sous-marins. De ce magma primordial et tourbillonnant prennent forme des univers, dont l’origine végétale demeure dans les silhouettes de fleurs et de feuilles. Ces peintures oscillent continuellement entre reflet du réel et vortex abstrait qui capture l’attention du spectateur pour le projeter littéralement dans des méandres de matières sensuelles et onctueuses. Même lorsque le jardin apparaît de manière plus évidente, arbres et bocages se perdent très vite dans un langage purement pictural, fait de taches colorées, juxtaposées et superposées dont les contours incertains se fondent dans l’imprécision du geste que l’on sent presque inconscient, conférant fraîcheur et spontanéité à l’ensemble. Cette liberté de la main semble plus évidente dans les petits formats où, en quelques touches, naissent les contours d’arbres fantomatiques, ainsi que dans les compositions plus récentes où l’artiste réussit à disposer les taches de couleur en restant à la limite du chaos. On y sent le reflet des entrelacs des «Pluies de fleurs célestes», nom donné à une série où d’étranges et inquiétantes floraisons viennent envahir la surface de la toile par des lignes sinueuses qui créent un rythme ondoyant presque mystique. La poésie est omniprésente dans les oeuvres de Xavier Cardinaux, ne serait-ce que par la tonalité d’ensemble donnée par une dominante chromatique que l’artiste exalte en lui apposant ses contraires, comme le ferait le poète avec des mots choisis pour leur qualité sonore. La parole est importante pour l’artiste, comme l’attestent les titres dont il souligne la majorité de ses oeuvres. Concentrées sur une surface clairement délimitée, ces compositions de petite dimension constituent des univers en miniature, qui apparaissent comme le germe de la peinture monumentale à venir, sans que cela ne leur ôte leur autonomie d’oeuvre à part entière. Comme dans la nature, les différentes réalisations de l’artiste sont reconnaissables par un lien presque organique qui les réunit, telles les facettes changeantes par l’effet des saisons sur un même paysage.

Catalogue_expo_ ferme_de_la_chapelle_20140906

Nicole Kunz
2014

A l’occasion de l’exposition: « Vibration végétale » du 6 septembre au 5 octobre 2014 à la galerie: La Ferme de la Chapelle.

39, route de la Chapelle, 1212 Grand-lancy
004122 342 94 38

 Expo_FC_201409_3621_r